Voyager donne le tourni

Avant de revenir sur notre track sur Fraser Island, petit point sur notre humeur du moment alors que nous quittons Rainbow Beach pour Brisbane.

Comme il est écrit dans le billet précédent (que je poste simultanément et qui a donc une semaine de retard), nous étions un peu las de notre voyage il y a quelques jours. Nous sommes toujours aussi fatigués mais le moral va mieux.

Autant en Nouvelle Zélande nous aurons pris des claques visuelles, autant en Australie nous retiendrons peut être toutes les rencontres que nous aurons fait à la fin du voyage. Nous retiendrons en tout cas l'expérience de Fraser Island peut être au même titre que celle de Melboure. Pourtant nous ne cherchions pas forcément les rencontres mais elles se font d'elles même. Personnellement j'étais fatigué de toujours raconter les mêmes choses, raconter d'où je venais, ce que je faisais comme boulot avant, le voyage en Australie (passé et à venir) mais malgré tout je me suis attaché à certaines personnes. Je ne parle même pas d'histoire de coeur mais simplement des personnalités et des cultures que nous trouvons. C'est l'effet backpacker. Je pense notamment à Merine l'espagnole, à nos deux galloises et à Margrit la hollandaise. Elles avaient toutes des personnalités très attachantes bien que différentes. Coups de coeur tout particulier pour les deux galloises avec qui nous étions heureux de partager quelques mots de breton et de gallois qui sont très similaires puisque issuent du celte. Nous les attendons pour le festival inter-celtique cet été à Lorient. Et c'est toujours comme ca ici. Les rencontres donnent vraiment le tournis.


Mirene l'espagnole basque, Margrit la hollandaise

En Australie et quand l'on voyage comme Pierre et moi le faisons, les distances ne sont pas comparables avec celles que l'on a en France au quotidien. A l'heure où ces lignes seront publiées nous aurons parcouru, rien qu'en Australie, une distance équivalente à celle qui sépare le Danemark de la Grèce. Entre les Whitsundays et Fraser Island, nous avons passé 15 h dans le bus et pour rejoindre Brisbane nous n'en passons "que" 5h. Mais croyez moi, pour nous, cela ne nous fait plus rien. C'est un peu comme si le matin nous partions de Vannes pour aller à Bordeaux boire des bières avec nos potes avant de prendre l'avion le lendemain soir pour la Russie. Mais rassurez vous nous n'allons qu'en Thaïlande. A Bangkok Romain nous rejoindra en bus depuis le Cambodge en seulement 12 h. C'est comme si nous partions de Bretagne pour aller ... en Pologne pour le prix d'un Maxi Best of Big Mac. Là aussi quand on parle de rencontres, ca fait plaisir de retrouver un pote que l'on a rencontré à l'autre bout du monde dans une autre partie du monde. Ca aussi ca donne le tournis. Bref vivement ce soir que l'on retrouve pour la troisième fois en Australie Léo et Max pour se raconter les nouvelles expériences de chacun.

 
Romain et Léo
Libellés : | edit post
2 Responses
  1. C'est sûr qu'au Cambodge, on se déplace très facilement en bus pour pas cher. Avec le prix d'un Paris Marseille, on peut faire 3 fois le tour du Cambodge!


  2. Grégoire Says:

    heu Mirene et Margrit...ainsi que deux galloise où la langue celte vous ont rapproché.... bah oui oui et moi je suis le roi d'Espagne !!

    ils ne perdent pas le nord malgré le tournis du voyage !!


Enregistrer un commentaire